Après les villes mortes de dix jours imposées par les séparatistes du 4 au 13 avril 2019, la vie revient à la norme dans certaines parties de la division Fako dans la région du sud-ouest du Cameroun.  D’après les indiscrétions, les villes mortes étaient destinées à contrecarrer le Festival des arts et de la culture de Limbe qui s’est déroulé à Limbe du 6 au 13 avril dernier. Et pourtant, tandis que le FESTAC se déroulait sans heurts, d’autres parties de la division de Fako restaient bloquées : La totalité de la subdivision Muyuka a été bloquée, ce qui a paralysé la circulation le long de la route Buea-Kumba. La circulation a toutefois été rétablie le 14 avril, mais perturbée par la ville fantôme de lundi, même si l’on annonce la reprise de la circulation sur la route ce mardi. Les conséquences sont légions : le prix du transport entre Buea et Limbe et vice-versa a doublé passant de 1 000 FCFA à 2 000 FCFA. Le tarif de Buea à Douala est passé de 2 000 FCFA à 5 000 FCFA selon l’humeur du conducteur et de la disponibilité des véhicules. Dans la capitale de la région du Sud-Ouest, les bureaux du gouvernement étaient ouverts dès 8h00 mardi, alors que quelques taxis et vélos ont été vus dans les rues.

loading...

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de