La crise anglophone continue de faire des victimes. Ekondo Titi est devenue le nouvel espace où les sécessionnistes font rage. De mardi à dimanche, il n’y a point de jour où l’on ne note des pertes en vies humaines.

Lobè, petite bourgade située à deux kilomètres de la ville de Ekondo-Titi, ville dans laquelle est installée la société Pamol Plc, productrice d’une huile de palme de qualité supérieure, est tiraillée par les attaques sporadiques menées par des visages cachés et utilisant la perfidie. Ces derniers attaquent les planteurs dès la matinée, pour empêcher ceux-ci de vaquer normalement à leur occupation. Et par conséquent de réduire la production mieux l’économie de ladite structure.

Dimanche, un jeune homme est retrouvé mort, devant la cour de la gendarmerie de Lobè. Un jeune homme d’environ 27ans qui travaillait dans la section transport de la société Pamol. Le corps gisait encore et la famille accusait les gendarmes de n’avoir pas fait attention avant de tirer. Ce cas est similaire à ceux des villages environnant. Les plantations de Ngolo et de Lipenja sont en arrêt, mieux sous contrôle des sécessionnistes, et les planteurs par peur d’être tués préfère rester chez eux. Les clés des bureaux des différentes administrations sont entre les mains de ces envahisseurs.

Depuis fin 2016, le Cameroun fait face à une insurrection sécessionniste née dans sa partie occidentale d’expression anglaise. Le régime de Paul Biya est accusé de marginaliser sur le plan politique surtout, cette zone qui s’est unie au Cameroun francophone après l’indépendance en 1960.

loading...

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de