Cette pratique tant décriée dans notre société est devenue le socle de la beauté de plusieurs personnes, hommes et femmes exposées à des dangers significatifs mais qui ne les dissuadent pas assez.

Encore dit djansang, la dépigmentation est devenue un phénomène normal dans notre environnement. A cet effet, il n’est plus incommode de voir une femme se frayer une autre apparence au moyen d’une autre couleur que celle de son teint naturel. C’est donc avec raison que l’on aperçoit du jaune, du rouge ou du bleu calqué sur la peau et résultant de cette forme de décapage. Près de la moitié des consultations en milieu dermatologiques trouvent leur sens dans les complications qui sont dues à cette pratique nocive à la santé de ses sujets.

Citons d’abord ici, la difficulté à effectuer une opération de chirurgie chez ces personnes au teint clair mais aux pieds parfois sombres. Ces produits contiennent des substances comme les corticoïdes et rendent la peau ainsi fragile au moindre choc. Ce qui au-delà de favoriser un cancer, peut orchestrer un manque d’uniformité du teint. Sur le plan social, le fait d’encourager les personnes qui se décapent les confortent dans leur pratique tandis qu’en les condamnant, elles se replient sur elles

La dépigmentation s’en va grandissante en ce sens que l’industrie des cosmétiques éclaircissants emploie toutes les techniques pour susciter l’intérêt auprès des consommateurs et inciter à l’achat. Les parfumeries, les salons de coiffure et ateliers de couture sont quelques-uns des espaces où se procurer un kit complet en la matière. La demande est croissante notamment pour les personnes désireuses de changer de race. Gammes pour métis et blanc. Toutefois, c’est souvent dans le but de plaire à son entourage, se donner une nouvelle identité ou ressembler à une personne adulée que les hommes et femmes décident de pratiquer la dépigmentation.

loading...

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de