Avec plus de 90 000 emplois et plus de 2000 bureaux  et laboratoires à travers le monde, la société générale de surveillance est plus que jamais à la pointe de la modernité dans la stabilisation du commerce, notamment l’importation des marchandises.

Depuis le 15 décembre 2016, la dématérialisation des inspections est effective. Il s’agit en effet d’un programme qui consiste à l’inspection par scanner des marchandises qui arrivent au port de Douala. Ce qui a nécessité l’installation des scanners au Port autonome de Douala (Pad) par la Société générale de surveillance (Sgs) pour mettre fin à l’inspection physique, source de beaucoup d’erreurs et de manipulations frauduleuses. Car avant cette date, les importateurs avaient l’habitude de se jouer de la douane dans la déclaration des marchandises contenues dans les conteneurs. Mais avec les scanners ultramodernes de la Sgs, les personnels de la douane ne peuvent plus être roulés par les hommes d’affaires véreux. Puisqu’en passant au scanner les conteneurs, les autorités portuaires ont l’information exacte de toute la marchandise ou tous les produits de l’importation. Les données du scanner sont alors confrontées aux déclarations de l’importateur.
Ce nouveau programme est une véritable révolution qui contribue à résoudre le problème du manque à gagner et à améliorer les recettes douanières. Car, on ne tient plus compte des exceptions avant expédition fait dans les pays d’origines ou d’achat des marchandises, parce que les hommes d’affaires s’entendaient souvent avec les vendeurs pour faire des déclarations fausses et sous ‘évaluer les produits contenus dans les conteneurs, afin de payer des montants insignifiants à l’arrivée au niveau des services de douanes du Cameroun. Désormais donc, il ne sera plus possible de tromper. La vérification se fait à destination par les scanners installés au Pad. Ceci non seulement accélère la procédure et raccourci les délais de dédouanement, mais facilitent aussi le travail aux agents douaniers.
La révolution est en marche au Pad avec le partenariat entre le gouvernement camerounais et la Société générale de surveillance dont l’expertise apporte une plus-value à l’économie dans  la régulation de son commerce international. L’on sait comment avec les produits de secondes mains importés et les voitures d’occasion, les Camerounais se jouaient des autorités portuaires. C’est pourquoi seules les voitures neuves échappent à la contre-expertise des scanners du Pad parce que leur prix ne fait pas l’objet de trop de contestation étant trivial. Ainsi donc, le rapport sur la valeur et le classement tarifaire est le nouveau certificat qui est donc depuis le 12 décembre 2016  émis  dans le cadre de ce nouveau programme en remplacement de l’actuelle Avi. Ceci permet une dématérialisation des procédures pour l’obtention des déclarations d’importation (DI).

loading...

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de