Nombre sont ces parents qui voient leurs enfants désœuvrés pour défaut d’acte de naissance. D’autres recourent à des moyens peu recommandés qui font passer pour des faussaires, juste parce qu’ils veulent que l’enfant soit au détenteur au moins de ce premier papier officiel dans sa vie d’homme sur terre. Et c’est pour pallier à ces manquements que la commune de douala 3e a lancé une campagne d’établissement gratuit des actes de naissance.

Afin de profiter au maximum et jouir de ses droits civique et moraux, l’enfant a besoin de son acte de naissance, or beaucoup d’enfants sont encore sans actes pour des raisons diverses : pour certain, le manque de moyens est la solution miracle, pour d’autres, la procédure est trop compliquée et longue pour permettre aux parents très occupés de répondre à cette autre exigence. Le maire Job Théophile Kwapnang a décidé d’interpeller les populations à ce sujet. Au moyen d’un communiqué publié le 28 mars dernier à l’intention des populations, l’autorité locale décentralisée espère que le maximum d’enfants qui vivent dans sa circonscription administrative auront la chance de se faire établir des actes de naissances, tout comme les adultes ne sont pas oubliés.

Une action qui entre dans le cadre du partenariat avec le programme des nations unies pour le développement (Pnud). L’accompagnement des communes dans la délivrance des actes d’état civil qui se présente comme un problème fondamental a permis l’élaboration de plus de 4000 actes de naissance en 2016. A ce jour, une opération de production accélérée de 15000 actes de naissance a été enclenchée. Dans le cadre de cette initiative, une démarche nommée « mairie vers les populations » a été initiée dans le but de rapprocher les mairies et leurs communautés.

Hors mis les nouveaux nés, les adolescents, jeunes et adultes bénéficient de ces actes de naissance qui pourront désormais leur permettre d’être bénéficiaires des différents programmes d’urgence élaborés au niveau de l’état et des organisations internationales en faveur des jeunes, se procurer une carte nationale d’identité et d’une carte électorale, aller à l’école, et ainsi réduire le risque d’être recruté dans des sectes islamiques. La production d’actes de naissances apparait donc comme la fondation du développement de ces régions.

loading...

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de