C’était l’objet de la rencontre du 25 juin 2019 présidée conjointement par Paul Tasong, ministre délégué auprès du MINEPAT et l’ambassadeur Hans Peter Schadek, chef de la délégation de l’union européenne au Cameroun.

La première édition du dialogue économique et structuré entre le Cameroun et son partenaire, l’union européenne s’est tenue le 25 juin 2019. La rencontre aura permis d’une part d’échanger sur le cadre économique du Cameroun, ses priorités en termes d’investissement et de mobilisation des recettes. D’autres parts, il a s’agit d’explorer les mécanismes qui visent à l’amélioration des perspectives de croissance inclusive et d’emplois. Co-présidée conjointement par Paul Tasong, ministre délégué auprès du Minepat et l’ambassadeur Hans Peter Schadek, chef de la délégation de l’union européenne au Cameroun, cet atelier a regroupé des membres du gouvernement, des présidents des groupements inter patronaux du Cameroun et des représentants des pays membres de l’union européenne.

Paul Tasong, ministre délégué auprès du ministre de l’économie, de la planification et de l’aménagement du territoire a d’emblée présenté au nom du gouvernement les mesures phares et nécessaires à la création d’un environnement économique favorable permettant de relever les niveaux de flux d’investissements durables. Par ailleurs, en sa qualité de coordonnateur national délégué du fonds européen de développement, il a saisi cette session pour faire une évocation des priorités du Cameroun en matière de gouvernance économique.

Avec 55% des exportations du Cameroun et 30% de ses importations, les relations commerciales avec l’union européenne sont d’une importance cruciale avec des bonnes potentialités d’évolution à l’avenir, d’après Hans Peter Schadek. Dans son discours inaugural, le chef de la délégation de l’union européenne au Cameroun a tenu à relever les grandes lignes de la nouvelle alliance de son institution avec ses Etats membres dont le Cameroun. Au rang de ces objectifs, il a relevé le renforcement de l’environnement des entreprises et le climat d’investissement, l’investissement dans le capital humain via l’éducation et les compétences mais également, la pleine exploitation du potentiel de l’intégration économique et des échanges.

L’on retiendra de cette première session du dialogue économique et structuré le vibrant appel lancé quant à l’implication du secteur privé national et européen, la nécessité d’œuvrer pour l’emploi jeune dans le processus de politique nationale de développement. Voilà qui justifie entre autres les échanges axés sur l’amélioration des échanges commerciaux, la saisine des opportunités qu’offrent les accords de partenariats économiques. Mais aussi sur   la mobilisation des investissements issus de l’implémentation des divers instruments de financement de l’union européenne.

loading...

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de