Yaoundé, 27 fév 2018 – Le Premier ministre camerounais, Philemon Yang et «en exécution des très hautes directives du chef de l’État en la matière», a informé par voie de circulaire les présidents des conseils d’administrations, administrateurs, directeurs généraux et directeurs généraux-adjoints des entreprises et établissements publics que leurs déplacements à l’étranger se feront désormais en classe affaires.

Evoquant la récurrence de «dérives» observées dans le cadre des missions et déplacements hors du pays, il note, outre le fait que certaines de ces missions s’effectuent sans autorisation préalable des autorités de tutelle compétentes, mais qu’en plus leur plus-value pour l’entreprise ou l’établissement public concerné n’est pas toujours établie.

Bien plus, souligne Philemon Yang, les dépenses inhérentes aux déplacements et missions à l’étranger ont une forte incidence sur le budget des entreprises publiques placées sous la responsabilité de ses interlocuteurs, «alors même que celles-ci sont, dans la plupart des cas, régulièrement confrontées à des tensions de trésorerie et éprouvent des difficultés réelles à assurer les missions de service public qui leur sont confiées».

Le chef du gouvernement, dans cette circulaire avec effet immédiat, met en avant le souci de rationaliser les missions et autres déplacements officiels en avion, qui jusque-là s’effectuaient exclusivement dans l’onéreuse première classe aux frais de la société.

Il précise par ailleurs que les demandes d’autorisation de sortie du pays devront dorénavant et selon le cas, obtenir l’approbation préalable de lui-même ou du secrétaire général de la présidence de la République, après le visa des départements ministériels de tutelle.

M. Yang demande en outre aux personnalités concernées de «sélectionner l’itinéraire le plus direct et le moins onéreux, à l’occasion de chaque mission».

loading...

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de