Cette abondance chimique est de plus en plus utilisée dans les exploitations agricoles pour booster la croissance des cultures et équilibrer la compétitivité des producteurs en quête de rendement ponctuel.

Produire en grande quantité grâce aux produits chimiques, voilà la pratique qui se fait récurrente au sein des exploitations agricoles. C’est toujours dans le but d’accélérer la maturation des fruits et autres cultures que les cultivateurs ont recours aux pesticides. C’est le cas de l’ananas qui en demande beaucoup trop. Pulvérisateur à l’appui, il faut asperger le fameux remède sur chaque fruit et non sur les plants. Cette pratique est davantage observée dans les exploitations agricoles, où les manœuvres appliquent le dosage selon la saison en cours. L’un de ces gadgets est le Mat 480, il est vaporisé pour réguler la croissance de la culture. Ainsi, seuls 10 jours suffisent à donner une coloration homogène à l’ananas. Seulement le fruit est dépourvu de son sucre naturel et recouvert d’un autre, qui lui a été imbibé. Ceci permet aux cultivateurs de satisfaire la demande en temps opportun, jusqu’à l’importation.

Cette forme d’agriculture non biologique satisfaits les producteurs qui en tirent largement profit au détriment la mauvaise qualité des cultures, de leurs santés et de celle des consommateurs non avertis. Pesticides, fongicides, herbicides sont des produits chimiques dont la toxicité serait responsable de nombreux cancers et de la cécité. Pourtant, les cultivateurs ne sont pas souvent sensibilisés sur leur utilisation notamment les équipements à arborer (gangs, lunettes, cache-nez, etc.) lors de la manipulation.

loading...

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de