La mise en place d’une architecture monétaire africaine harmonisée pose un jalon essentiel avec la signature ce lundi 5 mars de l’Accord de siège du Fonds Monétaire Africain, entre le Gouvernement camerounais et la Commission de l’Union Africaine (UA).

Le Directeur des Affaires Économiques de la Commission de l’UA, René Kouassi, a fait savoir que la mise en œuvre d’une politique monétaire appropriée à l’Afrique, vise à faire face aux chocs économiques planétaires.

Ainsi Kouassi lance une invitation aux pays africains afin de soutenir l’initiative compte tenu des chocs exogènes et endogènes ayant ralenti le rythme de la croissance économique en Afrique au taux de 2,2% en 2016, mais, a-t-il dit, une reprise s’est amorcée depuis 2017 avec une prévision de 4,1% en 2018.

La mise en place du Fonds monétaire africain, se fait en collaboration avec l’Association des Banques centrales africaines (ABCA), a indiqué René Kouassi, faisant savoir qu’une rubrique spéciale est inscrite au Budget 2018 de l’Union Africaine pour amorcer la mise en œuvre de la stratégie conjointe avec l’ABCA.

Parallèlement à ces efforts, qui vont certainement s’amplifier dans le temps, ajoute le Directeur aux Affaires Économiques de l’UA, la Commission voudrait compter sur la solide coopération de l’ABCA pour amener la région de l’Afrique australe à rejoindre le plus rapidement possible, le processus de création de la monnaie unique africaine.

Aussi, fait-il savoir, la Commission voudrait-elle mettre à profit les expériences des autres régions pour mieux conduire ce projet.

La mise en place des Institutions Financières propres au continent, va contribuer à garantir l’autonomie financière et renforcer la résilience économique du continent, a-t-il soutenu.

La Commission de l’institution panafricaine est également en train d’élaborer un projet d’accord de siège pour la banque centrale africaine, qui sera négocié avec le Nigeria, pays hôte et surtout avec sa Banque Centrale

loading...

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de