Les pertes y relatives sont de l’ordre de plusieurs centaines de milliards de F par an.

Douala, cité économique, fleuron des activités en la matière est réputée pour ses fameux bouchons. Seulement, ces embouteillages que lui sont reconnus depuis la nuit des temps ne sont pas sans conséquences sur les entrées financières. Explication rationnelle, à supposer que dans cette ville cosmopolite près de 120.000 opérateurs économiques sont coincer dans les éternels embouteillages pour au moins une heure. En considérant qu’une heure de perdue se rapporte à une somme de 15.000 F qui devrait être produite, l’on table sur un engloutissement de plus d’un milliard de F par journée. Le temps passé à attendre sur place est un moment de non activité, de ralentissement des opérations, de freins aux contrats et potentielles livraisons. Si Yaoundé, connait moins cette situation, cela n’empêche pas d’arrondir les chiffres.

loading...

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de