Ne nous situant qu’en 2015, les compagnies d’assurances ont payés au titre des sinistres des véhicules de transport public de voyageurs, 1.710.000.000 Fcfa sur un stock de 13.000.000.000 Fcfa. Un chiffre en deçà de la moyenne.

Financièrement, le secteur des assurances affiche de bons chiffres. Pour preuve, les entreprises de dommages ont dégagé une marge disponible de 53,9 milliards de francs cfa en 2015. Les engagements réglementés de compagnies non vie, en hausse de 10,7% par rapport à l’exercice 2014, s’élèvent à 124 milliards de francs cfa. L’exploitation de la branche dommages affiche un résultat de 9 milliards de francs cfa. Celui-ci est en net progression de 57,4% par rapport à 2014 (-1,9 milliard de francs cfa). Dans le secteur vie, les prestations payées s’élèvent à 23,2 milliards de Fcfa en 2015 contre 21 milliards de Fcfa en 2014, soit une hausse de 10,5%. L’exploitation de la branche vie enregistre un résultat excédentaire de 2,7 milliards de Fcfa, en hausse de 35% par rapport à l’année précédente.
Cependant, le marché camerounais des assurances reste l’un des plus indisciplinés de l’espace Cima, avec des compagnies régulièrement sanctionnées pour non-respect de leurs engagements et des normes prudentielles. Ainsi par exemple, d’après l’Association des sociétés d’assurances du Cameroun (Asac), on observe une baisse du taux de liquidation des sinistres qui se situe à 14,2% contre 14,1% en 2014, alors qu’en vie, la charge de sinistres a progressé de 20,2% et se chiffre à 38,1 milliards de Fcfa contre 31,7 milliards l’année antérieure. La charge de sinistres de l’exercice a connu une hausse de 17,7% se chiffrant à 57,1 milliards de Fcfa contre 48,5 milliards de Fcfa l’année antérieure. Par ailleurs, le taux de pénétration des assurances reste également faible.
Selon le président de l’Asac, Raphaël Fute, 30 à 40% des Camerounais possédant un véhicule de nos jours, n’ont pas souscrit une police d’assurance. Pourtant, celle-ci est obligatoire selon la réglementation. Ce qui réduit davantage le taux de pénétration de l’assurance au Cameroun qui est “extrêmement faible” d’après l’Asac, soit moins de 2% en valeur relative. Cependant, le marché camerounais des assurances vient de s’enrichir d’une nouvelle compagnie. Assurance du Cameroun Vie (Acam Vie) existe depuis novembre 2016. Elle fait désormais partie de la dizaine d’entreprises qui exercent dans le pays, dans la branche assurance-vie, contre une quinzaine dans la branche des dommages.
Il est important de rappeler ici que le secteur est dominé par des entreprises comme Axa, Chanas, Allianz, Saar, Saham ou Activa qui disposent des plus gros chiffres d’affaires. Le secteur des assurances a enregistré une production globale de 182,2 milliards de Fcfa en 2015, en hausse de 12,94% par rapport à 2014 qui présentait 161,32 milliards de francs cfa. La répartition cependant par branche met largement en évidence la prépondérance de la branche dommages qui représente 71,7% du marché. Bien qu’elle soit en légère baisse par rapport à l’année précédente (72,5%). Avec plus de 1300 emplois directs, le secteur est également un grand pourvoyeur d’emplois, le deuxième marché de l’assurance de la zone Cima, derrière la Côte d’Ivoire. Selon le cabinet américain de conseil en stratégie Bain & company, le Cameroun fait partie des pays où les compagnies d’assurance qui s’installent peuvent miser sur une progression de leurs revenus de l’ordre de 15 à 20%.

loading...

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de