Le 26 mars dernier, le directeur général de la Société anonyme des Brasseries du Cameroun a réitéré l’engagement de son entreprise à contribuer au développement du Cameroun.

Lors de la cérémonie d’ouverture de la Foire internationale des affaires et du commerce(FIAC) 2018 devant le Premier ministre, le ministre de l’Economie, les autorités administratives et traditionnelles entre autres, le Directeur général de la Sabc, Emmanuel de Tailly a renouvelé l’engagement de la structure dont il a la charge, pour le développement du Cameroun à Douala. Pour ce dernier, c’est l’un des moments privilégiés « où  nous  pouvons  tous  ensemble  dialoguer  sur  l’avenir  économique  du Cameroun en touchant du doigt la réalité de nos activités et en communiquant sur nos ambitions et sur la vision du développement économique et social du Cameroun ».Dans le secteur de l’agro-alimentaire où évolue la Sabc, elle contribue au développement de la filière maïs et sucre, à travers un partenariat  avec  6 000  paysans  travaillant pour  Maiscam  et  Sosucam et  produisant localement 10 000 tonnes de maïs et 30 000 tonnes de sucre qu’ elle utilise pour la fabrication des produits brassicoles.  Par ailleurs, la Sabc a à son actif plus de 7000 emplois directs, 100.000 emplois indirects en amont et 3.000 sous-traitants au Cameroun.

Notons que cette cérémonie a également été l’occasion pour le DG de la Sabc de faire certaines réclamations au gouvernement camerounais, « Donnez-nous un cadre fiscal stable, favorable aux investissements et au réinvestissement, qui tienne compte de l’utilisation des matières premières agricoles du Cameroun, donnez-nous un peu plus d’énergie le jour, imposez des contrôles rigoureux de qualité, rendez l’étiquetage obligatoire et je peux vous assurer qu’à chaque produit que nous vendrons, ce seront des routes, des ponts qui se rénovent, des hôpitaux et des écoles qui se construisent, des paysans qui cultivent, des filières qui  se consolident et une industrie qui recrute, forme et réinvestit », a plaidé  Emmanuel de Tailly,

Comme dans la majorité des pays qui présentent de bonne perspective de développement de nos jours, les grandes entreprises comme la Sabc sont unanimes face à l’idée de « produire ce que nous consommons et consommer ce que nous produisons ».

loading...

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de