Dans le cadre de financement de divers projets sur le triangle national.

I l y a quelque temps, Marthe Angéline Minja, la directrice générale de l’Agence de promotion des investissements disait que « le bilan des incitations à l’investissement est promoteur ». C’est avec raison. Dans un communiqué officiel publié le 17 septembre dernier, la Banque de développement des Etats de l’Afrique centrale (Bdeac) annonçait qu’elle a injecté à fin juin 2018, 279 milliards de francs cfa dans le financement de divers projets sur le territoire camerounais. Il est important de rappeler que le dernier financement accordé par cette banque d’investissements au Cameroun est relatif à la finalisation d’un projet privé de construction d’une usine de transformation des fèves de cacao dans la ville de Kribi, région du Sud. Dans ce projet, la Bdeac a injecté une enveloppe de 7,2 milliards de francs cfa.

Il est à noter que, cette institution sous régionale qui intervient aussi bien aux cotés des Etats que des opérateurs du secteur privé, a concentré ses investissements ces dernières années au Cameroun sur la construction des infrastructures, notamment dans le domaine des transports et de l’énergie. Dans le secteur de l’énergie, l’on se souvient que la Bdeac a par exemple participé à la construction du barrage de retenue de Lom Pangar à hauteur de 20 milliards de francs cfa. La plus grosse infrastructure de ce type jamais construite au Cameroun, avec une capacité de retenue de 6 milliards m3 d’eau.

S’agissant des infrastructures de transport, la Bdeac a injecté 25 milliards de francs cfa dans la construction de la route Kumba – Mamfé, dans la région du Sud – ouest, tronçon routier reliant la capitale économique du pays au Nigéria. L’institution est également partie prenante dans la construction de la route Sangmélima (Cameroun)-Ouesso (Congo), projet routier intégrateur dont la finalisation coté camerounais se heurte à des difficultés depuis quelques années.

loading...

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de