Près d’une trentaine de combattants de la nébuleuse terroriste se sont rendus aux autorités vendredi dernier.

L’armée nigériane vient de réaliser un grand coup dans la lutte contre la secte terroriste Boko Haram. Une trentaine de combattants ont officiellement renoncé vendredi dernier au maquis en décidant de remettre leur arsenal de guerre aux autorités au cours d’une cérémonie organisée à Maiduguri, capitale de l’Etat de Borno.

Les insurgés qui ont subi auparavant un interrogatoire de l’armée nigériane ont solennellement pris l’engagement d’abandonner le combat. Conformément à un programme mis en place par les autorités, ces anciens combattants devront encore faire l’objet d’un recyclage en vue de leur déradicalisation totale avant leur reconversion à la vie sociale.

Selon l’armée nigériane, cette reddition est le résultat de plusieurs opérations menées dans la vaste forêt de Sambisa, principal bastion des la secte terroriste. Ces nouvelles défections portent désormais à plus de 2 300 le nombre de terroristes s’étant rendus aux autorités au cours des 13 derniers mois.

Au cours de la cérémonie de vendredi, le général Tukur Buratai, chef d’état-major de l’armée, que d’autres exercices similaires à l’effet de traquer les terroristes devront s’intensifier au cours de l’année 2018 afin de relever le défi sécuritaire.

L’armée nigériane n’entend pas limiter son action dans la lutte contre les insurgés de Boko Haram. Le chef d’état-major a annoncé une opération spéciale pour apporter une solution efficace et définitive aux affrontements intercommunautaires entre éleveurs et agriculteurs devenus récurrents à Benue, Taraba et dans une partie de l’Etat de Nasawara.

Le général Tukur Buratai a également invité les troupes à être prêtes car l’armée devra être déployée à travers tout le pays où des menaces sécuritaires sont signalées.

loading...

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de