Le président de la République, chef des armées, Paul Biya, préside ce jour à la Cour d’honneur de la brigade du Quartier général, la cérémonie solennelle de remise des épaulettes aux élèves-officiers de cette promotion de l’EMIA baptisée « Unité et divers

174 nouveaux officiers frais émoulus de l’Ecole militaire interarmées (EMIA) de Yaoundé, vont embrasser dès ce jour la carrière militaire dans les différents corps de l’armée camerounaise, après avoir reçu leurs épaulettes. L’éclat et la solennité de la cérémonie marquant le triomphe de la 36e promotion de l’EMIA seront assurés par la présence effective du chef de l’Etat, chef des armées, Paul Biya, à la Cour d’honneur de la brigade du Quartier général à Yaoundé. Ce sera en présence des grands corps de l’Etat, des membres du corps diplomatique, des parents des aspirants, des amis ainsi que, bien sûr, des vedettes du jour.

C’est le lieu d’indiquer que cette cérémonie consacre la fin de la formation de ces élèves-officiers et symbolise ainsi leur entrée officielle dans la grande famille des Forces de défense.  La 36e promotion de l’EMIA compte au moment du triomphe 20 aspirants féminins et 154 aspirants masculins. Ces aspirants ont une moyenne d’âge de 25 ans. Rendus au terme de leurs 36 mois de formation, les enseignements suivis par cette pépinière ont porté sur quatre aspects principaux qui sont : l’instruction tactique théorique et pratique, la culture générale et la culture de défense, la formation civique et morale, l’entraînement physique militaire. La cérémonie du triomphe est un rendez-vous majeur entre le chef de l’Etat et son armée. Puis, dans une certaine mesure, avec la Nation, car les parents qui ont fait don de leur descendance à la patrie sont présents. Comme de tradition, les honneurs militaires seront rendus au chef de l’Etat, chef des armées. Généralement, à cette occasion hautement symbolique, il  fait de grandes annonces, marquant solennellement sa grande appréciation pour les Forces de défense, présentant des perspectives sur le plan stratégique et doctrinal, et réaffirmant la base éthique fondamentale qui sied à une armée républicaine.

            Ce sera par ailleurs l’occasion de redire que l’armée camerounaise est le bouclier de la Nation, une Nation qui « est également le socle granitique sur lequel repose l’armée ». Originaires de toutes les régions du Cameroun, nos soldats ont aussi, en tout temps, bénéficié du soutien unanime de nos populations, qu’elles soient du Sud, du Nord, de l’Est ou de l’Ouest. L’armée est donc le creuset de l’unité nationale, dans un pays qui compte plus de 250 ethnies mais qui doit, par-delà les caractéristiques propres à chaque localité, rester uni pour relever les défis du développement. Le nom de baptême de cette 36e promotion de l’EMIA, à savoir « Unité et diversité », n’a donc pas été choisi au hasard. Illustratif est à cet égard le fait qu’en tout temps, c’est comme un seul homme que les Forces armées camerounaises ont rempli leur mission. Celle-ci consiste en la défense de l’intégrité territoriale, de l’unité nationale, des institutions républicaines et la protection des populations et de leurs biens.

Dans cet esprit, les défis à relever au moment de cette cérémonie du triomphe sont nombreux, dans un contexte où les menaces à la paix et à la sécurité du Cameroun interpellent plus que par le passé nos Forces de défense et de sécurité. Si la piraterie maritime a fortement reculé, il faut rester vigilant et déterminé dans la région de l’Extrême-Nord où la situation s’est stabilisée et à l’Est où elle est sous contrôle. Mais, dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, la lutte contre les groupes armés qui veulent mettre en œuvre leur projet de sécession est à intensifier. Enfin, dans la région de l’Adamaoua, on attend la mise en déroute des bandits armés qui font des enlèvements, exigent le versement des rançons et volent du bétail.

loading...

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de