Lorsque 19 heures approchent, c’est la fermeture des boutiques du commerce conventionnel et place est donnée au commerce anarchique.

Carrefour Acacias, l’un des plus connus dans la ville de Yaoundé pour ce type de pratiques. Au soir, c’est la fête sur les trottoirs et les klaxons de véhicules se mêlent aux cris de déballages de diverses marchandises. On peut entendre « 3 à 1000 ». Tenez-vous tranquilles, ce qui est acheté en journée au prix de 5.000 frs trouve son prix secondaire à 1500 FCFA au soir sur les comptoirs installés aux abords de la route principale. Tout est à négocier et à tous les prix donnés par les commerçants devenus commerciaux.

Ce qui est le plus marquant, c’est de voir des aliments et articles de valeurs déposés à même le sol sous le regard vigilant de ces vendeurs, non soucieux de la notion d’insalubrité. Ceci est couronné par les multiples disputes entre ces occupants illégaux. Ils se bagarrent les uns contre les autres au profit des places qui ne sont pas les leurs. Et ce, en attendant l’arrivée des policiers municipaux ou des agents de police chargés de réguler la circulation et de maintenir l’ordre au sein de la voie publique. L’affluence observée en soirée dépend du lieu de commerce et de la nature des articles proposés par jour.

loading...

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de