La Commission de surveillance du marché financier d’Afrique centrale est effective depuis le 1er mars dernier.

Désormais, la Commission de surveillance du marché financier d’Afrique centrale (Cosumaf), avec siège à Libreville, est seule en charge de la surveillance du marché financier de la sous-région Cemac. Il faut préciser que les places boursières de Douala et de Libreville ne sont plus qu’à quelques pas l’une et l’autre. Dans cette marche vers la fusion, une étape importante a été franchie récemment. La fusion des deux organismes publics de surveillance de ces places financières à savoir la Commission

Des marchés financiers (Cmf) du Cameroun et la Commission de surveillance du marché financier d’Afrique centrale est effective depuis le 1er mars 2019. Conformément à l’Acte additionnel de la Cemac du 19 février dernier, cette fusion est un premier pas vers l’unification des deux places boursières.

Selon un expert boursier, la fusion des entreprises de marché en cours est dans sa phase de  finition. La Dsx va absorber la Bvmac et son siège est fixé à Douala. En outre, en ce qui concerne le dépositaire central, à la lumière de l’Acte additionnel du 19 février, la Banque centrale (Beac) va jouer ce rôle pour une période transitoire de deux ans. Ainsi donc, la Cmf n’existe plus, mais elle a un bilan élogieux. Plusieurs indicateurs militent en faveur de ce point de vue. Entre 2016 et 2018, 446 milliards de Fcfa ont été levés sur le marché financier du Cameroun, hors émissions de bons de Trésor de la Beac. Pour la seule année 2018, les investisseurs ont accordé 256 milliards de Fcfa aux agents en besoin de financement de ce marché.

loading...

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de